Je ne suis ni conseiller en gestion de patrimoine, ni avocat, ni comptable, ni banquier. Tout ce que vous trouverez ici est mon avis PERSONNEL et ce que j’ai tiré de ma propre expérience. Consultez TOUJOURS un professionnel si vous avez le moindre doute sur un investissement potentiel.

dimanche 19 septembre 2010

Des "Vacances Utiles" payées par votre patron.

Que diriez-vous de partir à l'autre bout de la planète (ou plus près si vous le voulez) sur votre temps de travail ?
Je parle du "congé de solidarité internationale" afin de participer à une mission hors de France pour le compte d'une association à objet humanitaire.
Ok, c'est certain, il faut quand même avoir un peu la "fibre". Mais enfin, c'est une piste super intéressante à explorer...

Le critère préalable à remplir, c'est d'avoir une ancienneté dans la "boîte" d'au minimum un an. A noter au passage que cela peut être en plusieurs fois.

Autre élément à prendre en compte: la durée cumulée de ce type de congé ne peut excéder 6 mois.

Forcément, ce sera à vous de préparer un dossier. On n'a rien sans rien, mais avouez que ça peut motiver de dire bye-bye à la routine quotidienne et que dans ces cas là, rares sont les personnes qui ne font pas d'effort. De toute manière, dans le cas contraire, je ne pense pas que cette opportunité vous intéresse... Bref, si vous ne savez par quel bout commencer et que vous voulez des idées de "missions", allez faire un tour sur Solidarités Info ou Coordination Sud.

Ce type de congé n'est pas gratuit en ce sens qu'il faut bien assurer le financement par exemple, du voyage, de la nourriture, etc. Sauf que c'est votre patron ou votre comité d'entreprise qui peut payer. Il y sera d'autant plus incité qu'il bénéficiera d'un abattement fiscal de 60 % de la somme réglée.

Rien ne vous empêche par ailleurs d'obtenir une subvention, que ce soit de la part des collectivités locales de votre lieu d'habitation ou encore de la part de sponsors privés... Il y a également l'utilisation du DIF (Droit Individuel à la Formation).

Le congé solidaire est imputé sur votre temps de travail et non sur vos congés payés, ce qui veut dire que votre acquis avant départ n'est pas amputé. Le contrat de travail est momentanément suspendu.

En pratique, vous devez avertir votre patron par lettre recommandée avec Accusé de Réception au minimum un mois avant le départ de votre "mission" en lui indiquant bien combien de temps vous souhaitez le "quitter".
S'il ne vous répond pas dans les quinze jours, également par LR/AR, il est supposé avoir donné son accord.
Dans le cas contraire où il fait sa mauvaise tête et qu'il vous refuse votre départ, il devra argumenter son refus.

Le "truc", c'est de ne pas viser les 6 mois tout de suite ! Un mois maxi semble raisonnable, mais tout dépend de votre situation...

Je vous donne 3 adresses où vous trouverez une multitude de renseignements, mais il y en a bien d'autres: Développement sans Frontières , ProjectsAbroad , Planète Urgence .

Utile également, le texte du code du travail ICI . A Vous de jouer !



Si vous avez aimé cet article de DTPCDV, partagez-le sur Facebook, Twitter ou par email !

Puis laissez un commentaire pour dire ce qu’il vous a apporté.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...